A Paris, un dernier adieu à Jacob Desvarieux

600 personnes se sont réunies ce samedi matin à Paris pour une messe en hommage à Jacob Desvarieux. Un dernier « au revoir » au musicien décédé le 30 juillet dernier.

Outre-mer la 1ère

Publié le 14 août 2021 à 13h52,

mis à jour le 14 août 2021 à 14h56

A l’entrée de l’église Saint-Sulpice où a lieu la messe à la mémoire de Jacob Desvarieux, les visiteurs sont accueillis par le gowka des tambouyers.

Des airs de gwoka sont joués à l’entrée de l’église

©Julie Straboni

A l’intérieur de l’édifice, une photo du cofondateur de Kassav’ est affichée près de l’autel.

Une photo de Jacob Desvarieux est installée devant l’autel

©Julie Straboni

Environ 600 personnes sont venues assister à cet hommage ce samedi matin. Des fans du groupe de zouk et des personnalités ont fait le déplacement. 

Chants et prises de parole

Après un chant en créole, la messe commence. Des prises de parole se succèdent : Victorin Lurel, sénateur de Guadeloupe, s’exprime le premier. « J’ai connu un Jacob très bienveillant, curieusement discret, voire même timide, mais qui savait pratiquer l’autodérision, raconte le sénateur guadeloupéen. A Abidjan, on l’appelait le Dieu vivant ! ». La photographe martiniquaise Migail Montlouis-Félicité et Douglas Mbida – un des membres de Kassav’ à la fondation du groupe – s’exprimeront publiquement à leur tour. 

Leader, rassembleur : c’est ce que je retiens de Jacob Desvarieux. Si je ne l’avais pas rencontré, ma carrière aurait eu une autre tournure.

Douglas Mbida, membre de Kassav’ à la fondation du groupe

 

Avant ou après la messe, celles et ceux qui le souhaitaient ont pu mettre un mot dans des livres de condoléances. La foule s’est réunie pour chanter et danser sur le parvis de l’église au son du ka.

Deux registres de condoléances étaient mis à disposition des fans

©Julie Straboni

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici