Au Mexique, la consultation populaire pour juger les anciens présidents fait un flop

À peine plus de 7 % des électeurs mexicains se sont déplacés, ce dimanche 1er août, pour s’exprimer sur la nécessité de poursuivre en justice d’anciens présidents pour des faits présumés de corruption. Malgré plus de 90 % de “oui”, le succès politique du président Andrés Manuel López Obrador est terni par l’abstention.

À l’appel de leur président Andrés Manuel López Obrador (connu sous le diminutif d’AMLO), les Mexicains étaient appelés à voter, dimanche 1er août, pour la première consultation populaire nationale de leur histoire, raconte Milenio. Le chef d’État, engagé dans une lutte générale contre la corruption, espérait recueillir les suffrages des électeurs sur une question apparemment consensuelle, à savoir la nécessité d’engager des poursuites judiciaires pour des faits présumés de corruption menés par ses prédécesseurs (tous de droite) entre 1988 et 2018.

Mais la question a été reformulée par la Cour suprême, pour un résultat alambiqué : “Êtes-vous d’accord ou non pour que des actions pertinentes soient menées, conformément au cadre constitutionnel et légal, pour entreprendre un processus de clarification des décisions politiques prises ces dernières années par les acteurs politiques, visant à garantir la justice et les droits des victimes potentielles ?” Et elle a reçu un accueil populaire plus que dubitatif.

Avec un peu plus de 7 % de participation, selon les premiers décomptes officiels de l’Instituto Nacional Electoral (INE), le “oui” l’a emporté à plus de 90 % des voix. Mais c’est une victoire peu glorieuse pour AMLO, illustration de la méfiance d’une partie de la population envers “un homme qui détruit la démocratie en cherchant à polariser la société”, estime le quotidien

[…]

Serge Hastom

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici