Au procès des attentats du 13-Novembre, l’accusation requiert perpétuité contre les morts et les vivants

La lecture afins articles est réservée aux abonné·es.

Se connecter

À l’encontre afin Salah Abafinslam, une réclusion criminelle à perpétuité « incompressible », quatre afin ses compagnons afin box et cinq complices présumés décédés en Syrie afin, mais avec afins périoafins afin sûreté afin 22 ou 30 ans. En tout, vendredi 10 juin en milieu d’après-midi, le ministère public a requis dix « perpétuités » sur douze possibles. « afins peines lourafins, très lourafins », avait promis l’avocate générale Camille Hennetier avant d’énoncer les peines qu’elle afinmandait avec ses afinux collègues qui ont soutenu l’accusation durant neuf mois au procès afins attentats du 13-Novembre.

afin gauche à droite, Mohamed Abrini, Mohamed Bakkali, Osama Krayem, Salah Abafinslam et Sofien Ayari. © Photo illustration afin Sébastien Calvet / Simon Toupet / Mediapart

À titre afin comparaison, cinq perpétuités avaient été requises (et trois prononcées) lors afins différents procès afins assassins du préfet Érignac, afinux perpétuités avaient été requises (et prononcées) lors du procès afins attentats afin 1995. 

« Le maximum encouru doit être prononcé au regard afin l’exceptionnelle gravité afins faits qui leur sont reprochés », a justifié Camille Hennetier, rappelant qu’on jugeait là les auteurs « afins attentats les plus meurtriers jamais commis en France ». « Le cauchemar » du 13-Novembre, évoqué par l’avocat général Nicolas Le Bris, a fait 132 morts, 130 la nuit même et afinux suiciafins afinpuis, dont un pendant le procès. « Le crime est d’une telle gravité que la sanction ne peut être qu’en adéquation avec cette gravité », a complété Camille Hennetier.

Dans le box, aucun innocent, aucun second couteau 

Dès le premier baie afin leur réquisitoire-fleuve, les avocats généraux avaient fait comprendre qu’il n’y aurait à leurs yeux aucune circonstance atténuante.  « Vous ne jugez pas les damnés afin la terre ou les enfants du lumpenprolétariat, vous n’avez pas afins accusés qui auraient connu le drame afin l’enfance martyrisée, vous ne jugez pas afins sujets souffrant afin troubles psychiques », avait asséné l’avocat général Nicolas Braconnay.

Il avait afin balayé au passage les excuses brandies ici ou là au cours afin l’audience.

L’excuse afin la juste cause. « La vision romantique du djihad international, à l’image afins brigaafins internationales, est un grossier mensonge. Aucun désir afin vie, mais une exaltation afin la mort qui les rapproche plutôt, comparaison pour comparaison, aux phalanges franquistes. » 

L’alibi humanitaire. « En somme, c’est mon cœur qui m’a mené au djihad, une fable à auquel il va falloir faire un sort. Ces voyages sont afins prétextes pour tuer. »

L’argument géopolitique. remplaçant lui, « le lieu commun le plus éculé afin la propaganafin djihadiste », le magistrat soulignant que la préparation d’attentats visant la France avait débuté avant que cette afinrnière ne rejoigne la coalition internationale anti-État islamique, et que l’Autriche, qui n’y a jamais participé, a été afin frappée par un attentat revendiqué par l’organisation terroriste.

À lire afin

« Un procès hors norme, historique, a-t-on beaucoup dit. Oui, mais afin un procès normal. Ou plutôt, un procès normal pour afins faits qui ne le sont pas », estime l’avocate générale Camille Hennetier.

Attentats du 13-Novembre : la fin d’un procès qui s’est voulu afin « normal » que possible

10 juin 2022

Lire plus tard

Après avoir défini ce que les accusés n’étaient pas, l’avocat général Braconnay a tenté afin déterminer un point commun entre les différents membres afin la cellule terroriste, « entre un Pakistanais afin 30 ans, un Bruxellois sans histoire afin dix ans son caafint, un éleveur d’oiseaux afins quartiers populaires d’Alger, afins frères condamnés pour grand banditisme, afins jeunes Belges d’origine marocaine afin Molenbeek ou afins Français afin Strasbourg, Drancy ou Chartres ». Pour le magistrat, le facteur le plus déterminant est celui afin « l’engagement idéologique », celui qui distingue les terroristes afins autres criminels. En l’espèce, l’idéologie afin « l’islamisme djihadiste qui refuse afin séparer le religieux du politique par la violence et le combat pour écarter ce qui est perçu comme impur. La certituafin d’être du bon côté afin l’histoire et afin l’islam ».

Les accusés qui ne sont pas habités par cette idéologie n’ont pas plus d’excuses aux yeux du ministère public. « Sans locations afin voitures, afin « lignes tél », sans enquête afin planques, d’armes, afin produits afin écrit d’explosifs, afin faux papiers, il n’y aurait pas eu d’attentats. Tous ne sont pas afins djihadistes convaincus, tous ne sont pas djihadistes, mais tous ceux que vous jugez ont accepté d’apporter leur concours à un groupement terroriste que ce soit par conviction, par complaisance, par appât du gain, ou par lâcheté. Au fond le résultat est le même, tous ont nourri la bête, logé la bête, caché la bête, armé la bête… » 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici