Au Tigré, une guerre de l’information éminemment stratégique

Enlisés dans un conflit armé meurtrier, le gouvernement éthiopien et les forces rebelles de la région du Tigré se livrent une guerre de communication. Leur manipulation des informations complique la lecture du conflit pour les observateurs et les journalistes.

Le gouvernement fédéral éthiopien a déclaré que les forces insurgées de la région du Tigré avaient subi une défaite significative, jeudi 9 septembre, dans la région de l’Afar, où la guerre civile s’est étendue pendant l’été. Le Front populaire de libération du Tigré (TPLF) dément quant à lui avoir été forcé de quitter la zone, note Al-Jazeera, et affirme avoir simplement effectué “des mouvements de troupes” vers la région voisine de l’Ahmara, elle aussi théâtre d’affrontements depuis plusieurs semaines.

Les deux versions de ce récit sont symptomatiques de la guerre de l’information à laquelle se livrent les deux camps depuis l’ouverture des hostilités, en novembre 2020. Le “brouillard de la guerre” trouble les observateurs internationaux autant que les populations locales, constate la BBC :

Les médias et la société civile éthiopienne sont relativement démunis lorsqu’il s’agit de discerner qui fait quoi.”

Des témoignages construits de toutes pièces

“Lorsque la BBC s’est récemment vu proposer une interview avec des adolescents supposés avoir été surpris en train de se battre pour les rebelles, nous avons prudemment accepté”, raconte le site d’information britannique. Les jeunes hommes et les jeunes femmes rencontrés par les journalistes décrivaient des méthodes de recrutement forcé et des menaces de mort visant leurs familles.

L’emploi de l’amharique, langue véhiculaire de l’Éthiopie, au lieu du tigrinya, langue maternelle des Tigréens, a constitué un “premier indice que quelque chose n’allait pas”, écrit la journaliste Vivienne Nunnis :

Puis, lorsque nous avons écouté attentivement les enregistrements, nos soupçons se sont confirmés. À certains moments, nous pouvions entendre le porte-parole de l’autorité régionale [de l’Afar, allié du gouvernement fédéral] souffler aux adolescents ce qu’ils devaient dire.”

Sur les chaînes de télévision locales éthiopiennes, des témoignages du même ordre

[…]

Serge Hastom

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici