Aux Pays-Bas, le Premier ministre Mark Rutte a “perdu de sa magie”

Après les démissions de deux ministres, accusées d’une gestion désastreuse de l’évacuation d’Afghanistan, “c’est le chaos à La Haye”, écrit l’Algemeen Dagblad. Le gouvernement, déjà démissionnaire depuis huit mois, est en passe d’imploser.

“Chaudron de sorcière de La Haye”, titre l’Algemeen Dagblad, illustrant sa une par un Premier ministre Mark Rutte représenté en sorcier. Dans son chaudron, dépassent les visages de ses rivaux de droite et de gauche, avec qui il a pendant plusieurs mois tenté en vain de former un gouvernement de coalition.

“Rutte a-t-il perdu de sa magie ?”, se demande le journal, alors que son gouvernement démissionnaire s’effrite et que la crise politique s’éternise. Pour l’Algemeen Dagblad, après plus de dix ans au pouvoir, la “recette” du libéral de droite Mark Rutte ne prend plus.

“Mark Rutte parle d’une ‘situation politique difficile’ mais jure de faire tout son possible pour bien gouverner le pays”, rappelle le quotidien. Sauf qu’après les démissions, jeudi 16 septembre, de la ministre des Affaires étrangères Sigrid Kaag et vendredi 17 septembre de la ministre de la Défense Ank Bijleveld, le Premier ministre a besoin de “rustines” pour réparer son gouvernement, estime l’Algemeen Dagblad.

Et visiblement, c’est loin d’être gagné :

Il est de plus en plus difficile de trouver des personnes prêtes à gérer les ministères pour le temps qu’il reste à ce gouvernement.”

Huit mois sans véritable gouvernement

Mark Rutte espère que ce “gouvernement démissionnaire pourra céder ses compétences à un nouveau gouvernement, le plus rapidement possible”. Mais en réalité, cela fait déjà six mois que les élections législatives ont eu lieu et pourtant depuis, aucun gouvernement “n’est encore en vue”, rappelle l’Algemeen Dagblad. En raison du morcellement du paysage politique néerlandais et du refus de gouverner notamment avec l’extrême droite de Geert Wilders, les vainqueurs devaient composer avec de nombreux partis afin de pouvoir composer un gouvernement majoritaire.

Mais à cause d’importants désaccords, les négociations en sont toujours au point mort. La droite libérale de Mark Rutte et les chrétiens-démocrates de Wopke Hoekstra refusent une coalition avec les écologistes et les socio-démocrates qui voulaient entrer ensemble au gouvernement. La droite craint une trop forte influence de la gauche.

De leur côté, les centristes libéraux de Sigrid Kaag (qui a démissionné jeudi de son poste de ministre des Affaires étrangères) refusent toute coalition avec une petite formation chrétienne, la Christenunie, trop conservatrice à leur goût mais qui avait permis en 2017 la formation d’un gouvernement majoritaire.

De facto, les Pays-Bas n’ont plus de véritable gouvernement depuis le 15 janvier dernier, en raison d’une crise politique antérieure. Depuis donc huit mois maintenant, le gouvernement est censé se contenter d’expédier les affaires courantes.

Source

Créé en 1946, l’AD, comme on l’appelle couramment, est le deuxième quotidien du pays, un journal populaire de qualité, plutôt de tendance de centre-droit. Le titre appartient aux éditions de Persgroep et il est édité à Rotterdam.

[…]

Lire la suite

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici