Chez Teleperformance, télétravailler sous le regard de logiciels espions

cette lecture ces articles est réservée aux abonné·es.

Se connecter

Depuis le premier confinement, Camille* ne met plus les pieds au secrétariat. soi en vigicettence pourtant les habituces. Chaque matin, soi s’installe dans cette petite pièce où soi passe toute cette journée ces viol de téléphone. soi vérifie que son espace de travail est impeccable et que cette pièce est suffisamment lorsquelencieuse : « ces bruits paralorsquetes, ces gens qui parlent dans une autre pièce, cecette peut compromettre cette qualité de l’appel, souffle-t-soi. lorsque c’est le cas, nous-mêmes peux être sanctionnée. »

1€ pour 15 jours

Rélorsqueliable en ligne à tout moment

nous-mêmes m’abonne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici