début d’une campagne de sensibilisation

Il suffit de quelques secondes d’utilisation du portable au volant pour faire basculer une vie. Une campagne de sécurité routière débute, ce mardi 14 septembre, pour une semaine pour vous rappeler les dangers du téléphone sur la route et les sanctions prévues.

Nakia Dany / Sophie Person / Philippe Dornier

Publié le 14 septembre 2021 à 12h54

Ce sont des gestes anodins dans la vie quotidienne mais ils peuvent s’avérer lourds de conséquences : lire ou écrire un texto, publier un post sur les réseaux sociaux ou parcourir ses emails. En 2019, un Français sur deux déclarait utiliser son téléphone en conduisant.

« Quand vous regardez votre téléphone, qui regarde la route ? » 

Ces dernières années, le portable est devenu l’une des principales causes d’accidents sur la route avec la vitesse et la consommation d’alcool. Téléphoner en conduisant multiplie par trois le risque d’accident. « Lorsque vous roulez à 50 km/heure, vous parcourez 15 mètres par seconde, explique Léonus Dubard, Président du Conseil National des Professionnels de l’Automobile. Si vous regardez votre téléphone pendant cinq minutes, ça monte à 70/75 mètres. Le petit coup de téléphone que vous passez, c’est, peut-être, une personne qui est devant vous ou une autre qui freine. Pendant ce temps-là, vous n’êtes pas sur la route, vous êtes déconnectés de tout ». 

 A La Réunion, plus de 5.380 infractions liées au téléphone sont enregistrées en 2020.

 135 euros d’amende et 3 points de retrait 

Démarrage, aujourd’hui, d’une campagne de sensibilisation à travers des affiches 4 par 3 un peu partout dans le département. L’Etat entend ainsi rappeler que consulter, manipuler un téléphone en conduisant est sanctionné de 135 euros d’amende et de trois points en moins sur le permis.

Les oreillettes sont également interdites et entraînent les mêmes sanctions. Attention, si vous êtes arrêtés sur une voie de circulation, vous n’y échapperez pas non plus, sauf cas de force majeure… si c’est pour appeler des secours. L’Etat veut avec cette campagne montrer aux conducteurs les dangers du téléphone au volant.

Vers une campagne choc pour une vraie prise en compte ?

« Il faut, à un moment donné, arrêter de tourner autour du pot et rentrer dans le vif du sujet, s’insurge Léonus Dubard, Président du Conseil National des Professionnels de l’Automobile. Aujourd’hui, quand il y a un accident, on a peur de montrer un blessé, un mort dans du sang, pour des raisons psychologiques. Mais, nous, nous sommes confrontés à cela tous les jours. Nous vivons  dans un monde qui roule à plus de 200 km/heure et qui fait n’importe quoi. Quand les jeunes, par exemple, verront cela, ils comprendront peut-être mieux. Et pourquoi pas des interventions de personnes paraplégiques dans les écoles de conduite ? » 

 27 personnes ont été tuées sur nos routes, depuis le début de l’année.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici