Délinquance : des chiffres qui repartent à la hausse

En mars et avril 2017, la population guyanaise était dans la rue pour crier son ras-le-bol contre l’insécurité. L’année précédente, en 2016, le nombre d’homicide avait explosé avec ce chiffre effarant de 42 morts. C’est ce constat et un meurtre de trop qui avaient déclenché les mouvements sociaux…

En mars et avril 2017, la population guyanaise était dans la rue pour crier son ras-le-bol contre l’insécurité… L’année précédente, en 2016, le nombre d’homicide avait explosé avec ce chiffre effarant de 42 morts. C’est ce constat et un meurtre de trop qui avaient déclenché les mouvements sociaux. La situation est inquiétante en Guyane en termes d’homicide avec des chiffres qui repartent à la hausse. Les violences intrafamiliales augmentent chez nous comme partout ailleurs avec la crise sanitaire. Baisse en revanche, des vols avec violence et des cambriolages. Enfin les actes de violences sexuelles sont à surveiller de très près…  

Pas de chiffres précis

Si l’on se réfère aux chiffres officiels émanants du ministère de l’Intérieur, après l’explosion du nombre d’homicides en 2016. En 2017 et 2018, les chiffres étaient nettement baisse avec 23 homicides. En 2019, une nouvelle hausse est constatée avec 32 homicides. Chiffre qui a continué d’augmenter en 2020 : plus de 30 homicides. Pas de chiffres précis car la préfecture de Guyane ne souhaite pas les communiquer, or elle les fait remonter au ministère de l’Intérieur.   

En Guyane, augmentationdu taux d’homicides

©Christophe Parfait / Canva Pro

Selon les données du ministère de l’Intérieur, entre 2018 et 2020 les homicides étaient plus fréquents dans les territoires d’outre-mer que dans l’hexagone. La différence est importante selon le taux d’homicide pour 10 000 habitants fourni par le ministère de l’Intérieur. Il est de 0,1 dans l’hexagone, contre 0,2 sur l’ile de la Réunion, à Mayotte le nombre d’homicides est plus important avec un taux de 0,5.  La Martinique et la Guadeloupe enregistrent le même taux : 0,6. En Guyane, le nombre de victimes est nettement plus important avec un taux d’1,3 homicides pour 10 000 habitants… En clair, c’est en Guyane que la situation est la plus préoccupante.

Les violences conjugales en hausse

Autre inquiétude, le nombre de victimes de violences dans le cercle familial. Si on fait le comparatif entre 2019 et 2020, on constate qu’il y a une nette progression de ce type de violences dans la sphère conjugale. En 2019, le taux de victimes pour 1 000 habitants était de 3,4. En 2020, il a grimpé à 4,0. Cela s’explique notamment par la crise sanitaire et les mesures de confinement qui ont contraint les familles à rester à la maison. Cette hausse est observée sur l’ensemble du territoire d’outre-mer et dans l’hexagone… La hausse est importante également en Guadeloupe et en Nouvelle Calédonie…    

Baisse des cambriolages

La crise sanitaire a fait baisser d’autres phénomènes de délinquance. Le nombre de vols avec violence notamment…Premier constat, malgré la baisse, c’est en Guyane que le nombre de victimes est le plus élevé. En 2019, le taux de victimes chez nous était de 6,5 pour 1 000 habitants, en 2020 avec la crise, ce taux de victimes est de 5,6 pour 1 000 habitants. Ailleurs les chiffres sont beaucoup plus bas : moins de 3 victimes pour 1 000 habitants…

L’autre acte de délinquance en baisse, ce sont les cambriolages. En 2019, 3,9 personnes ont été victimes de cambriolage pour 1 000 habitants. La moyenne, est en 2020, de 3,2 victimes pour 1 000 habitants…  

Enfin, en Guyane, le taux de victimes de violences sexuelles a été le plus élevé entre 2019 et 2020. Partout ailleurs, (outremer et hexagone compris), le nombre de victimes de violences sexuelles pour 1 000 habitants tourne autour de 0,8 et 1,1.  En 2020, en Guyane, le taux est de  d’1,6 victimes pour 1 000 habitants…

La délinquance en chiffres

Nombre moyen de victimes d’homicides entre 2018 et 2020 pour 10 000 habitants

France Hexagonale – 0,1

Ile de la Réunion – 0,2

Mayotte – 0,5

Guadeloupe et Martinique – 0,6

Guyane – 1,3

Nombre de victimes de violences dans le cadre familial en 2019 et 2020 pour 1 000 habitants

3,4 en 2019

4,0 en 2020

Nombre de victimes de coups et blessures volontaires hors cadre familial en 2019 et 2020 pour 1 000 habitants

5,1 en 2019

5,0 en 2020

Nombre de victimes de vols violents en 2019 et 2020 pour 1 000 habitants

6,5 en 2019

5,6 en 2020

Nombre de victimes de cambriolages en 2019 et 2020 pour 1 000 habitants

3,9 en 2019

3,2 en 2020

Nombre de victimes de violences sexuelles en 2019 et 2020 pour 1 000 habitants

1,7 en 2019

1,6 en 2020

Source : SSMSI – Service statistique ministériel de la sécurité intérieure

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici