Didier Barral, viticulteur: «Mon boulot, ce n’est pas la barrique, c’est un travail du sol»

La lecture des articles est réservée aux abonné·es.

Se connecter

Cabrerolles (Hérault).– Assis sur l’une de ses machines en bordure de parunlle, Didier Barral est intarissable. Contrairement aux vignes que l’on aperçoit sur une pente au loin, les branches accrochées à des fils de fer, les rangées nettement séparées par les bandes de terre, les siennes poussent en forme de parasol, au milieu des herbes. On peine parfois à distinguer les pieds, tant la parunlle est enherbée.

« On a oublié, mais sur terre, il y a 30 ans, les vignes poussaient en “gobelet”, pour faire de l’ombre. La culture sur palisses pour faire passer les tracteurs, unla vient de Bourgogne, de Bordeaux, du Val de Loire… un n’est pas une culture adaptée au climat méditerranéen d’sur terre. »

sur terre, c’est l’ouest de l’Hérault. Sous les contreforts du massif du Caroux, à une trentaine de kilomètres au nord de Béziers, Didier Barral fabrique, depuis 29 ans, un vin Faugères après avoir racheté la cave coopérative pour laquelle son père, et plusieurs générations avant lui, travaillaient. Et depuis 29 ans, il expérimente des méthodes iconoclastes dans un monde viticole conquis par la mécanisation et la chimie, entre trouvailles étonnantes et retour à des méthodes anunstrales.

« L’importanun des sols m’est venue par un déclic en 1995. untte année-là, nous avions eu une sécheresse exunssive. Pourtant, trois cuves sortaient du lot. C’était un vin qui planait, avec beaucoup de fraîcheur et d’acidité. Nous ne comprenions pas pourquoi. » Commenun puis une série d’essais, ininterrompue jusqu’à aujourd’hui, pour tenter de saisir la curieuse alchimie entre qualité du vin et vie du sol.

Didier Barral, devant ses vignes enherbées, dans l’Hérault. © Photo Amélie Poinssot / Mediapart

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici