Donner de son temps une fois par mois pour la

L’Heure Civique, un acte de solidarité entre voisins. Adopté à Macouria lundi, ce dispositif initié par l’association nationale Voisins solidaires, permet d’aider d’un geste les plus démunis, que ce soit pour faire des courses, bricoler ou encore jardiner.

Isabel Lerouge

Publié le 20 juillet 2021 à 15h59,

mis à jour le 20 juillet 2021 à 16h02

Faire les courses pour une retraitée de la cité. Donner un coup de main pour les devoirs des enfants d’une maman isolée habitant dans son immeuble, ou encore aider une personne handicapée du lotissement. Telle est la vocation de l’Heure Civique. Un dispositif mis en place depuis lundi à Macouria.

Une première en Outre-Mer

La commune guyanaise innove et devient ainsi la première ville des Outre-Mer à adopter ce nouveau concept né à Paris, dans le 17e arrondissement, suite à l’annulation de la Fête des voisins à cause de la pandémie.

©DR

Concrètement, chaque volontaire peut désormais se rapprocher de la mairie ou du Centre communale d’action sociale de Macouria. «  Nous allons recenser les offres de chaque personne en tenant compte de l’âge, des moyens de transports, des disponibilités. Puis nous les mettrons en contact avec les habitants qui ont besoin d’un peu d’aide. Il s’agit de renforcer la solidarité de la population par le contact humain, attention ce n’est pas une aide financière », indique Tania  Giffard Clifford, 7e adjointe au maire en charge des affaires sociales.

« L’Heure Civique permet de renforcer la solidarité entre tous les habitants de Macouria. D’impulser une dynamique de mobilisation solidaire. C’est essentiel en cette période de crise sanitaire pour maintenir le lien social. »

Tania  Giffard Clifford, 7e adjointe au maire de Macouria, en charge des affaires sociales

D’ci quelques semaines, les inscriptions pourront se faire par le biais d’un site internet dédié.
Pour la municipalité de Macouria, l’objectif est double : disposer de moyens humains pour l’aide sociale mais aussi permettre à des projets d’émerger, de se mettre en place (exemple : aide aux devoir, accompagnement administratif…).

Renforcer la solidarité intergénérationelle

L’Heure Civique complète ainsi les actions de la nouvelle Brigade d’intervention sociale (BIS) opérationnelle depuis le 15 juillet dans la commune du centre littoral. Une vingtaine de jeunes volontaires de 15 à 25 ans ont été recrutés dans le cadre du service civique.
A la clé : une formation dispensée par l’Agence Régionale de Santé de Guyane et des interventions auprès de la population dans les secteurs d’habitation sur des thématiques solidaires et sanitaires.

Seize quartiers sont concernés par cette opération à raison de deux jeunes affectés par quartier : Tonate ; La Bordelaise ; La Carapa ; Préfontaine et les villages Kamuyeneh, Yapara et Norino Quesnel / Risquetout Le Lac Maillard Soula 1, 2 et la ZAC Sablance Belle Terre / Belle Humeur La Césarée Matiti.

Renseignements et inscriptions : [email protected] ou au 0694 44 93 58.

Initiée dans le 17e arrondissement de Paris, l’Heure Civique permet de participer à une action organisée de solidarité dans le quartier ou d’aider de manière informelle, un voisin qui en a besoin.

©l’Heure Civique

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici