Encore beaucoup de Calédoniens en situation d’illettrisme

Selon une enquête de 2013 de l’ISEE, 18% de la population sont en situation d’illettrisme en Calédonie. Cette problématique sociétale préoccupe de plus en plus les associations et le vice-rectorat. Des dispositifs sont d’ailleurs mis en place pour aider et soutenir les Calédoniens.

Natacha Lassauce-Cognard et Philippe Kuntzmann (S.C.)

Publié le 8 août 2021 à 11h43,

mis à jour le 8 août 2021 à 11h46

Dans son enfance, Amonrat Jintapikat a été déscolarisée. Cette femme n’a jamais appris à lire le français. Aujourd’hui, elle est encadrée par une bénévole de la Croix-Rouge qui l’aide à maîtriser l’alphabet. Selon l’enquête de l’Institut de la Statistique et des études économiques de 2013, 29 000 calédoniens sont en situation d’illettrisme, soit un individu sur quatre, âgés de 16 à 65 ans.

Pour leur venir en aide, la Croix-Rouge a créé en 2017 des cours spécifiques. Chaque année, une vingtaine de personnes y participe, comme l’explique Odile Requillard, bénévole coordinatrice de la lutte contre l’illettrisme à la Croix-Rouge. « Tous les âges, les hommes, les femmes, toutes les communautés, toutes les catégories sociaux-professionnelles, tout le monde est concerné par cette problématique. »

©NC la 1ère

En difficulté dans toutes les disciplines au collège

L’illettrisme est une absence de maîtrise des fondamentaux scolaires. Depuis 2015, le vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie a décidé de mettre en place un plan d’actions qui vise à rapprocher le premier et le second degré pour un enseignement cohérent et complémentaire. « On a des élèves qui ont du mal par exemple quand on leur demande d’écrire un nombre, ils ne savent pas l’écrire correctement, détaille Marie-Christine Cazaly, chargée de mission pour l’illetrisme et l’innumérisme au vice-rectorat. Et puis en lecture, ils se retrouvent en difficulté dans toutes les disciplines. Parce que l’outil lecture au collège, c’est l’outil royal pour apprendre. »

Ces professionnels et les associations interpellent les calédoniens : « il n’est jamais trop tard pour apprendre ! » Un message qui sera développé lors des journées nationales d’action contre l’illettrisme. Elles se tiendront du 6 au 12 septembre prochain.

Le reportage de Natacha Lassauce-Cognard et Philippe Kuntzmann :

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici