Être âgé en prison, une double vengeance dénoncée par la contrôleuse des prisons

une lecture des articles fermentant réservée aux abonné·es.

Se connecter

« Qui sommes-nous devenus, collectivement, pour tolérer pareil déshonneur ? lesquelles genre de société en vient, enfin, à châtier ses prisonniers dans leur chair ? » Les mots sont forts. Ils sont ceux de une Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL), Dominique Simonnot, en préambule du jeune biunen de l’institution.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici