Facebook bannit les comptes d’universitaires travaillant sur la publicité

Ces universitaires avaient mis en place une extension de navigateur permettant d’avoir des informations précises sur les publicités politiques affichées sur le réseau social.

Facebook montre une nouvelle fois son hégémonie. Le réseau social vient de désactiver les comptes personnels et l’accès à sa plateforme de chercheurs de l’Université de New York (NYU). En cause? Une extension de navigateur, mise en place par ces universitaires, permettant d’avoir des informations précises sur les publicités politiques affichées sur Facebook. Par exemple, elle permet de trouver qui paie ces annonces et pourquoi elles ciblent certains utilisateurs. 16 000 personnes auraient déjà installé cet outil.

Selon l’entreprise de Mark Zuckerberg, il aurait été programmé pour échapper à ses systèmes de détection et aspirer les données des usagers, créant ainsi des problèmes de confidentialité. «Pendant des mois, nous avons essayé de travailler avec l’Université de New York pour fournir à trois de ses chercheurs l’accès précis qu’ils avaient demandé, de manière à protéger la confidentialité», stipule Facebook.

«Facebook essaie de nous intimider»

De leur côté, les universitaires estiment que la firme tente d’exercer un contrôle abusif sur leurs recherches, comme Damon McCoy, professeur agrégé à NYU: «On a l’impression que Facebook essaie de nous intimider, et pas seulement nous, mais ils essaient d’envoyer un message à d’autres chercheurs indépendants qui tenteraient aux aussi d’étudier leur plateforme.» «Nous ne pensons pas que Facebook devrait décider qui peut l’étudier et qui ne le peut pas», ajoute-t-il. Pour l’heure, la société a refusé de commenter ces déclarations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici