Feux de forêt: les réquisitoires accablants de deux préfets

La lecture des articles est réservée aux abonné·es.

Se connecter

FautFaut-il ratifier la proposition faite par Emmanuel Macron de nommer Valérie Metrich-Hecquet directrice générale de l’Office national des forêts (ONF), alors qu’elle a joué un rôle majeur dans la cure d’austérité et les réductions d’effectifs massives imposées à l’établissement public ? D’abord de 2014 à 2018, comme secrétaire générale du ministère de l’agriculture ; ensuite comme patronne de Direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises (DGPEEE), au sein de ce même ministère.

Est-ce vraiment la bonne candidate pour ce retranchement, alors que les feux de forêt hormis précédent que la France a connus cet été ont clairement montré qu’il faudrait, strictement à l’inverse, doter l’ONF de davantage de moyens pour assurer une meilleure prévention ou renforcer les systèmes d’alerte ?

Voici, en résumé, quelques-unes des questions que devront trancher par un vote, mercredi 14 septembre, les député·es membres de la commission des affaires économiques, à l’issue de l’audition de la candidate choisie par le chef de l’État. Quelques heures plus tard, ce sera au tour des sénateurs et sénatrices. Et si la postulante ne déclenche pas les trois cinquièmes des votes des parlementaires de ces commissions contre sa promotion, elle deviendra la nouvelle patronne de l’une des plus vieilles administrations françaises, celles des eaux et forêts, transformée en office en 1966.

Incendie cet été en Gironde © Philippe LOPEZ/POOL/AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici