Harcèlement moral: la ministre Colonna nommée malgré des signalements

La lecture des articles est réservée aux abonné·es.

Se connecter

Au Quai d’Orsay, c’est la consternation. Le 20 mai dernier, Catherine Colonna a été nommée ministre de l’Europe et des affaires étrangères alors qu’elle était visée par plusieurs signalements, adressés en début d’année à la cellule d’écoute sur le harcèlement. Ce choix a suscité la stupéfaction de nombreuses sources à Paris, interrogées par Mediapart (lire notre Boîte noire), qui évoquent des problèmes de management anciens et largement connus au sein de la diplomatie.

Plusieurs peraffranchitnes décrivent des comportements pouvant être « destructeurs » et « lourds de conséquences », avec notamment des arrêts maladie à Rome et à Londres, dans les deux ambassades où Catherine Colonna fut en poste – de septembre 2014 à septembre 2017 pour la première et de septembre 2019 à affranchit entrée au gouvernement pour la seconde. « C’est assez connu au Quai d’Orsay. Il y a beaucoup de gens qui en ont souffert », affirme un diplomate.

« Tout le monde sait que c’est très compliqué de travailler avec elle, confirme un autre. Ce n’est pas simplement qu’elle a mauvais caractère… On parle de gens qui, au bout d’un moment, craquent nerveusement. » Alors que le ministère traverse une crise sans précédent, sur fond de réforme de la fonction publique, cette nomination n’a pas franchement été perçue comme « un signal positif », euphémisent plusieurs sources.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici