la Ford Galaxie 500 de Fabrice Urdanabia, l’

Elle ne passe pas inaperçue. D’un bleu turquoise affirmé, la Ford Galaxie 500 de Fabrice Urdanabia est souvent de sortie. Construite en 1954, ce modèle de chez Ford servait autrefois aux policiers américains, dans les années 60.

La mécanique fait partie intégrante de la vie de Fabrice Urdanabia. 

Plus jeune, il se forme dans le métier et devient mécanicien carrossier. Aujourd’hui, il collectionne les voitures d’exception. 

À lire aussi : 2/5 Des voitures d’exception : Jean-Christophe Lebon aux petits soins pour « Choupette », sa 4CV

Il y a 3 ans, une Ford Galaxie 500 vient compléter son garage, abritant déjà 6 autres véhicules.

Depuis, ce Saint-Pierrais ne la lâche plus. Il a découvert cette Ford derrière son écran de télévision, dans une émission spécialisé

Bolide de course poursuite  

 

Fabrice Urdanabia se lance alors dans des recherches pour acheter la voiture de ses rêves, d’un bleu turquoise affirmé. 

Je l’ai trouvé au Nouveau-Brunswick avec un couple de retraités qui me l’a vendue.

Fabrice Urdanabia

 

Construite en 1967, cette Ford Galaxie servait aux policiers américains dans les années 60 et a été produite en Amérique du Nord, en Australie et au Brésil.

La Ford Galaxy 500 servait aux policiers américains dans les années 60.

©Les flics ne dorment pas la nuit (The New Centurions), Richard Fleischer (1972).

 

A ce stade, il y en aurait environ 400 000 dans le monde dont une à Saint-Pierre et Miquelon.

Une allure de soucoupe volante 

 

Passionné par les cylindrées de luxe Nord-Américaines, Fabrice Urdanabia affectionne particulièrement les lignes allongées de sa dernière acquisition.

Dotée d’un confort optimal, la Ford Galaxie 500 est aussi spacieuse et dispose d’un moteur V8 de 5 litres et de 180 chevaux. 

L’intérieur en cuir matelassé de la Ford Galaxie 500 de Fabrice Urdanabia.

©SPM la 1ère

Elle me sert surtout pour aller travailler mais j’aime bien me balader, me pavaner à petite vitesse.

Fabrice Urdanabia

 

Si Fabrice Urdanabia devait acheter un autre bolide, son choix se ferait encore sur un modèle de chez Ford, sur une Mustang de 1967. 

Reportage d’Anastatia Laguerra et Allison Audoux : 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici