La France se renforce dans les technologies de pointe

L’année dernière, plus de 250 start-up de deeptech ont été créées. L’objectif est de doubler ce chiffre d’ici à 2025.

Par définition, la deeptech s’inscrit dans le temps long. Celui de la recherche appliquée, des innovations de rupture, des transformations profondes des processus. Trois ans après le lancement du plan deeptech français, doté de 3 milliards d’euros «pour faire émerger les leaders économiques de demain», un premier bilan s’impose.

L’année dernière, 250 start-up deeptech ont été créées sur tout le territoire, se rapprochant de l’objectif fixé par Bpifrance de 500 nouvelles start-up par an en 2025. L’essentiel d’entre elles (40 %) se dédient à la pharmacie, la biotech et la medtech. Le numérique, essentiellement le quantique et l’intelligence artificielle, représente 25 % des cohortes, et l’industrie, environ 20 %. Le profil des jeunes entreprises ayant vu le jour l’année dernière illustre la variété des thèmes traités. Par exemple, le tourangeau LoValTech mène le développement d’un vaccin nasal anti-Covid. Blue Mimetic a imaginé une hydrolienne à membrane ondulante, plus respectueuse de la…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 72% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici