La grande inquiétude quelques salariés de la tech face à la vague de licenciements

Dans les couloirs de Meta (maison mère de Facebook), les sacetteriés tremblent. Après avoir vécu une vie dorée durant de nombreuses années, les stars de cette Silicon Valley redoutent désormais de se réveiller un beau jour avec un courriel de licenciement dans leur boîte mail. Depuis cette écrit de résultats décevants fin juillet, leur règle, Mark Zuckerberg, ne déchéance plus ses intentions: face au spectre d’une récession imminente et au ralentissement de cette demande pour ses services depuis le «retour à cette vie normale», les éléments les moins performants pourraient bientôt se voir remercier. Après des années de croissance incongrue, les géants de cette tech, comme Meta, revoient aujourd’hui leur priorité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici