La rencontre entre Poutine et Biden permettra de “fixer les antagonismes”

Dans un contexte d’extrême dégradation des relations bilatérales, le sommet russo-américain du 16 juin à Genève est très attendu. Sans attendre un miracle, les observateurs et politiques russes espèrent que cette première rencontre entre les chefs d’État des deux plus grandes puissances nucléaires leur permettra au moins de mieux cerner ce que chacun considère comme une menace.

Le 16 juin, Joe Biden achèvera sa tournée en Europe par une rencontre officielle avec Vladimir Poutine à Genève. Ce sera la première entre les deux hommes depuis la prise de fonction du nouveau président américain, en janvier 2021. Comme le relève le quotidien économique russe RBK, l’itinéraire de Biden le menant au sommet avec Poutine reproduit à peu près celui de son prédécesseur, Donald Trump, en Europe en juillet 2018. Cette année, le président américain a commencé son séjour par un sommet du G7, au Royaume-Uni, et arrivera à Genève après un sommet de l’Otan, à Bruxelles.

Dans un graphe réalisé par le titre sur la fréquence des rencontres entre Vladimir Poutine et les différents présidents américains qui se sont succédé depuis qu’il est au pouvoir, on remarque que c’est Donald Trump, pourtant considéré comme le plus indulgent à son égard, que le chef du Kremlin a eu le moins l’occasion de voir, soit quatre fois, dont seulement deux en tête à tête.

Moscou dit ne se faire “aucune illusion”

Étant donné l’état extrêmement dégradé des relations entre les deux pays, les attentes à l’égard de la rencontre sont faibles, poursuit RBK. “Nous ne nous faisons aucune illusion quant à une avancée significative, a déclaré le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, le 9 juin. Mais il est devenu objectivement indispensable d’échanger nos avis au plus haut niveau sur les menaces que perçoivent les deux plus grandes puissances nucléaires dans l’arène mondiale.”

Cette position était déjà celle du Kremlin lors du précédent sommet russo-américain de 2018, précise le titre. “Le seul fait que la rencontre ait lieu est déjà très important”, avait déclaré il y a trois ans Iouri Ouchakov, le conseiller du président. Le 12 juin, Vladimir Poutine a donné une interview à la chaîne américaine NBC,

[…]

Laurence Habay

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici