La start-up française Botify lève 55 millions de dollars

Spécialiste de l’optimisationdu référencement naturel, Botify est fortement implanté aux États-Unis.

Être mal référencé sur les moteurs de recherche est synonyme de pertes d’opportunités, et donc de revenus, pour les sites internet. C’est pour aider les éditeurs à améliorer leur référencement naturel (SEO, ou Search engine optimisation) en identifiant et en corrigeant automatiquement les anomalies de SEO qu’est née en 2012 la start-up française Botify. «Les robots de Google ignorent la moitié des pages web qui constituent un site internet», rappelle son PDG, Adrien Menard. Botify est là pour y remédier.

Neuf ans plus tard, la start-up dotée de 200 salariés est devenue une «scale-up» présente en Europe mais surtout aux États-Unis, où elle réalise 60 % de son chiffre d’affaires. Ce dernier, confidentiel, a triplé en deux ans, et Botify se fixe comme objectif un chiffre d’affaires annuel de 100 millions de dollars. D’ici à trois ans, elle songe réaliser 70 % de ses recettes en Amérique, 20 % en Europe et 10 % en Asie-Pacifique, où elle va ouvrir des bureaux commerciaux à Tokyo, Singapour et

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 63% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici