Le cloud, talon d’Achille de la cybersécurité

Dans cet environnement complexe, la mauvaise maîtrise des technologies peut avoir de graves conséquences.

La digitalisation à marche forcée des entreprises vers le cloud, accélérée par la crise du Covid-19, s’accompagne d’un paradoxe de taille. Alors que la multiplication des cyberattaques a érigé la sécurité des applications et des données en priorité des organisations, de multiples études convergent vers un même constat: le cloud est l’un des environnements technologiques pour lequel les équipes de sécurité sont le moins préparées. Plusieurs erreurs de configuration, des serveurs non ou très mal protégés ont permis de retentissantes attaques ou fuites. Dans une étude menée fin 2020, la société Palo Alto Networks avait détecté, en seulement quatre mois, 2100 instances cloud non sécurisées et facilement accessibles.

«Migrer dans un environnement cloud est une tâche lourde et complexe pour les organisations, qui prend des mois. Il est facile de faire quelques erreurs simples ou de laisser la configuration par défaut en place» explique Wendi Whitmore, directrice d’Unit 42, l’unité de recherche…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici