L’école Les Scheffleras va pouvoir accueillir les enfants ce lundi

Après l’incendie qui a ravagé l’école Les Scheffleras à Païta le 28 juillet dernier, la mairie et l’équipe éducative ont travaillé d’arrache-pied pour remettre l’établissement en état et préparer la rentrée scolaire lundi prochain.

Sheïma Riahi et Michel Marin (Ondine Moyatea)

Publié le 19 août 2021 à 15h44,

mis à jour le 19 août 2021 à 16h32

Les employés de la mairie se chargent des dernières vérifications avant l’accueil des enseignants et des 251 élèves de l’école Les Scheffleras à Païta, lundi 23 août.

Deux algecos serviront temporairement de salle des maîtres et d’un bureau pour la directrice en attendant la fin des travaux.

« Tout est prêt pour accueillir les élèves dans les meilleures conditions possibles » informe Maryline D’arcangelo, 1re adjointe au maire de Païta en charge des affaires scolaires.  « Le gros chantier va commencer la semaine prochaine, mais les enfants seront isolés de celui-ci, tout est fait pour que les enfants ne pâtissent pas de ce qu’il s’est passé. »

Les auteurs et causes de l’incendie ne sont toujours pas connus 

Le 28 juillet dernier, un incendie dont on ignore encore les causes, avait détruit un bâtiment et endommagé le local électrique de l’école élémentaire. Trois semaines après les faits, l’odeur de suie encore bien présente rappelle le triste sinistre.

©Sheïma Riahi

Le chantier devrait durer deux mois pour remettre en état ce bâtiment. Les travaux de conformité et de sécurité ont déjà été réalisés durant les vacances scolaires.

« Tout a été fait ces 15 derniers jours pour l’accueil des enfants lundi, la mise en place des algecos, l’électricité, la livraison du mobilier et des fournitures scolaires » explique Fabrice Vermeersch, chef du service des bâtiments à la mairie de Païta. « Ensuite, il reste la grosse étape du bâtiment incendié. »

Les travaux ont un coût total de 20 millions de francs. L’enquête est toujours en cours pour connaître les auteurs et causes des faits.

Le reportage de Sheïma Riahi et Michel Marin :

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici