Les cloches de l’ex cathédrale de Saint-Pierre déposées pour un lifting

Saint-Pierre, ville d’art et d’histoire de la Martinique, poursuit la rénovation de son ancienne cathédrale. Les 3 cloches de l’édifice du 17ème siècle, ont été déposées pour une maintenance en profondeur. La fin de l’ensemble du chantier est prévue en 2022.

Les travaux de la cathédrale de Saint-Pierre se poursuivent. La nouvelle phase concerne les 3 cloches, lesquelles ont été déposées au sol pour un grand lifting. C’est l’architecte des monuments historiques, Étienne Poncelet, qui a été désigné pour la conduite de ce délicat chantier.

J’ai fait déposer en effet les 3 cloches sur le parvis et j’ai mis en place un système pour la création d’une 4e cloche, ce qui fait qu’on aura 2 cloches par tour.

 

Et ultérieurement, si la paroisse le souhaite, elle pourra ajouter un carillon supplémentaire (…).

 

Les battants qui permettent de frapper à l’intérieur de la cloche pour créer la sonnerie à la volée, seront révisés voire refaits, parce qu’ils s’usent avec le temps, ainsi que les supports autour.

(Étienne Poncelet)

Les cloches de l’ex cathédrale de Saint-Pierre, avec les stigmates du temps (juillet 2021).

©Gaspard Fératy

La plus grosse cloche pèse près d’une tonne. La moyenne fait 650 kg, la plus petite c’est à peu près 400 kg et celle qui sera ajoutée, pèsera environ 300 kg. « Elle n’ont pas le même poids puisqu’elles ont des notes différentes » explique Étienne Poncelet.

La fin du chantier est prévue fin 2022, pour une inauguration début 2023 d’après le calendrier du maitre d’œuvre, ce qui coïncidera avec la célébration du centenaire de la ville d’art et d’histoire.

La commune de Saint-Pierre avait été supprimée après l’éruption de la Montagne Pelée et remplacée par un centre administratif, à la tête duquel se trouvait une commission nommée par le gouverneur de la Martinique, puis annexée en 1910 à la commune du Carbet.

 

Au mois de février 1923, la commune de Saint-Pierre a été restaurée et est redevenue commune de plein exercice.

(pensee.fr)

 

Les cloches pierrotines ont chacune un nom : Camille-Gabrielle pour la plus grosse. La seconde c’est Marie-Pierre Étienne, la 3e est baptisée Cécile Philomène. Quant à la 4e qui viendra s’ajouter au trio, il faudra lui trouver un patronyme et c’est l’archevêque David Macaire qui devrait avoir le dernier mot.

Malgré les travaux, une partie du bâtiment déjà revisitée accueille les fidèles lors des offices dont le nombre a été réduit, en attendant que dame cathédrale (classée monument historique depuis 1995), dévoile sa nouvelle robe.

La cathédrale de Saint-Pierre avant la catastrophe de 1902 (à gauche) et l’esquisse de l’édifice après rénovation complète (à droite), dont l’inauguration est prévue en 2023.

©Archives Mairie / Etienne Poncelet

Le label monument historique, nous a facilité le montage financier de cette opération qui nous tenait à cœur, d’autant que l’ouvrage suscite une attractivité touristique importante, même en plein chantier.

(Christian Rapha – Maire de la commune)

 

Le coût total de la rénovation de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption, est estimé par la municipalité à environ 7,3 millions d’euros, une facture largement supportée par les fonds européens, avec la contribution de la Collectivité Territoriale de Martinique, de l’État, et de la ville à hauteur de 7%.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici