Les pains d’André et Mélanie Pia

Du pain fait maison, à base de coco, de cacao ou de uru; André et Mélanie Pia ne manquent pas d’imagination. Installés au Fenua depuis juillet 2020, ils ont lancé leur business au mois de juillet 2021.

MG/VT

Publié le 3 septembre 2021 à 14h38,

mis à jour le 3 septembre 2021 à 14h42

André et Mélanie Pia fabriquent du pain au uru, au coco ou au cacao; quelquefois parsemés de noisettes ou fourrés de confiture à la banane. Ils s’inspirent des goûts de chacun pour créer des saveurs originales. 

Inserts à la confiture de banane.

©Pol.1

Depuis peu, leurs produits sont en vente dans différents magasins à Paea et Punaauia. Le fruit de longs efforts… 

Le couple et leur fille sont revenus au fenua après des années passées en Bretagne. Mélanie, originaire de la région, a rencontré André, polynésien. Elle avait deux rêves : créer sa propre entreprise et venir s’installer en Polynésie. Lorsque l’offre de responsable dans une boulangerie de Polynésie s’est présentée à son mari, ils n’ont pas hésité à plier bagage. 

Mélanie a investit dans un four et un batteur.

©Pol.1

André a réalisé, une fois sur place, que ses aspirations ne collaient pas avec celles de sa nouvelle entreprise. Il a démissionné pour confectionner ses propres viennoiseries, aux côtés de sa femme.

Avec un CAP boulangerie en poche, et quelques prix d’excellence notamment le titre de la meilleure création en boulangerie dans son école, André a acquis un solide savoir-faire. Il a même réussi à vendre du pain coco dans une boulangerie de Bretagne. 
 

300 pièces par semaine

De fil en aiguille, leur ambition a pris forme. Ils commencent d’abord par vendre leurs viennoiseries en bord de route. Mélanie investit dans du matériel, dont un four et un batteur.

Aujourd’hui, ils vendent 300 pièces par semaine, grâce à leurs trois magasins « associés ». Le week-end, ils font aussi des firifiri, qu’ils livrent à domicile, chez des particuliers. Seul jour de repos : le lundi. Mais la passion les anime.

©Pol.1

Le réveil pique, à 2h. Heureusement, le couple peut compter sur l’aide de leur fille, Temaruata, 14 ans. Elle qui ne voulait pas quitter la métropole ne se voit dorénavant plus repartir du Fenua.

Leur fille met la main à la pâte.

©Pol.1

Les sœurs d’André mettent également la main à la pâte. Un retour en enfance pour les frères et sœurs qui se remémorent le temps où leur papa confectionnait le pain coco et les firifiri, lui aussi. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici