«L’État a rattrapé son retard dans sa mutation numérique»

Nadi Bou Hanna, directeur interministériel du numérique, détaille les nouveaux chantiers lancés après le choc de la crise du Covid-19.

Quand Emmanuel Macron décrète le confinement de la France en mars 2020, l’État et son administration publique viennent seulement d’entamer leur processus de transformation numérique. Élaborée en 2019, la stratégie tech.gouv se donnait trois ans pour remettre la France au niveau des grands États numériques, simplifier la vie de ses citoyens et moderniser les méthodes de travail de ses agents publics. Puis la crise est arrivée. «Elle a eu un impact direct en donnant un coup de projecteur politique sur le numérique et le rendant incontournable, notamment pour travailler à distance. Elle nous a obligés à mettre en œuvre des projets plus vite et à l’échelle» explique au FigaroNadi Bou Hanna, le directeur interministériel du numérique, chargé de mettre en œuvre cette stratégie.

Nouveaux fonds débloqués, ouverture de données de santé publiques à la société civile permettant par exemple la création de l’application CovidTracker, télétravail des agents de la fonction publique… Tout a été accéléré.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici