L’héritier de la dynastie Samsung en liberté conditionnelle

Lee Jae-yong avait été condamné à trente mois de prison, dans le cadre d’un vaste scandale de corruption. Il n’en aura finalement purgé dix-huit.

Nouveau rebondissement dans le feuilleton coréen. Lee Jae-yong, héritier et patron de fait de l’empire Samsung, devrait sortir de prison vendredi. Il bénéficiera d’une libération conditionnelle anticipée, a annoncé le ministère coréen de la Justice. Lee Jae-yong avait été condamné à trente mois de prison, dans le cadre d’un vaste scandale de corruption ayant conduit à la chute de l’ex-présidente coréenne Park Geun-hye. L’héritier de 53 ans en aura finalement purgé dix-huit. Sa bonne conduite, mais aussi les pressions du monde économique vont lui permettre de retrouver sa liberté plus tôt que prévu. La signature d’un accord au printemps entre Samsung Biologics et Moderna pour la production de vaccins contre le Covid-19 aurait pesé en faveur de Lee Jae-yong. Une des branches de l’immense conglomérat coréen devrait se lancer dans la production de vaccins dès la fin du mois d’août.

Par ailleurs, Samsung est un des leaders mondiaux du marché des semi-conducteurs. Alors que les tensions sur ce marché se multiplient, la sortie de prison du «patron», était très attendue. Même si, pour le moment, aucune précision n’a été apportée par le parquet coréen sur les conditions d’un retour aux affaires de Lee Jae-yong. Théoriquement, une condamnation d’ordre économique s’accompagne d’une interdiction d’exercice de responsabilités dans une entreprise pendant cinq ans.

La décision serait aussi liée au poids de Samsung dans l’économie coréenne. Le groupe pèse près de 20 % du PIB national. L’année dernière, le résultat net du groupe était deux fois supérieur à celui des neuf autres plus grandes entreprises coréennes! Aucun autre groupe ne pèse autant dans son économie nationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici