Maurice : l’économie pourrait s’effondrer sans les aides de l’Etat

Sans aide, des dizaines d’entreprises mauriciennes risquent la faillite. Malgré la crise sanitaire et économique, le nombre de chômeurs n’a pas explosé. Avec la réouverture des frontières dans un mois, les aides aux sociétés doivent cesser. Une décision redoutée par les acteurs touristiques.

Fabrice Floch

Publié le 1 septembre 2021 à 08h42,

mis à jour le 1 septembre 2021 à 09h02

Les conséquences de la crise sanitaire et économique ont été amorties grâce aux subventions versées par l’Etat aux entreprises touristiques. Les emplois ont été maintenus artificiellement, mais le 1er octobre 2021 avec la réouverture des frontières que deviennent ces subventions ? L’Express de Maurice se penche longuement sur ce dossier essentiel à un mois de « la reprise » économique…

Si tous les espoirs sont permis, mais les résultats espérés ne sont pas certains. L’Association of Tourism Operators (ATO) redoute une catastrophe et plaide pour une prolongation du soutien gouvernemental jusqu’au mois de janvier 2022. L’économiste Sanjay Matadeen, explique : « Il faut maintenir ces fonds de soutien jusqu’en décembre. Je ne vois pas de croissance touristique ni beaucoup de visiteurs se bousculer. »

Un plan pour l’emploi pour les cinq prochaines années 

Des faillites sont redoutées. Des réservations sont enregistrées par les compagnies aériennes qui desservent l’île Maurice, mais de nombreux voyageurs sont des Mauriciens qui vont revenir au pays. Les plannings des hôtels frémissent, mais ne s’enflamment pas. Les sociétés de services, et elles sont nombreuses, dépendent de cette reprise tant attendue. 

Afin de répondre aux difficultés à venir, le ministère du travail va lancer la National Employment Policy for Mauritius (Politique nationale de l’emploi pour Maurice). Ce plan est inspiré du document ellaboré en 2014. Comme le précédent, il définit la stratégie pour relancer l’emploi lors des cinq prochaines années. 

Comme toujours deux visions s’opposent. Pour les néolibéraux, il faut favoriser les opportunités d’achats de produits et de service pour permettre au secteur privé de se développer. Pour les opposants à cette vision marchande, il est urgent pour Maurice de se concentrer sur une refonte de son économie locale. 
 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici