Pékin dicte sa loi au secteur de la tech

Introductions en bourse à l’étranger, algorithmes de recommandation, temps de jeu pour les mineurs… La Chine a lancé de nouvelles initiatives pour réguler étroitement le numérique chinois.

Quand Pékin décide de réguler un secteur, il ne lâche pas facilement sa proie. Le régime chinois, qui a déjà lourdement condamné Alibaba pour pratiques anticoncurrentielles puis a abattu ses foudres sur l’application de VTC Didi, a lancé entre vendredi et lundi une nouvelle série d’initiatives ciblant son industrie de la tech. Nouvelles règles sur les introductions en Bourse, transparence des algorithmes de recommandation… Le pouvoir central poursuit sa reprise en main d’un secteur devenu incontournable dans la vie quotidienne des Chinois. Certains objectifs sont similaires à ceux que veulent atteindre Bruxelles et Washington dans la régulation des Gafa américains. Mais régime autoritaire oblige, Pékin peut remplir ses objectifs beaucoup plus vite.

Le Digital Services Act européen, présenté fin 2020 et qui sera débattu en 2022, prévoit une dose de transparence des algorithmes de recommandation de contenus. La Chine, elle, veut se doter rapidement d’une législation d’une portée supérieure.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici