Pour sortir de la crise, les fabricants de puces investissent massivement dans des usines

DECRYPTAGE – La situation pourrait encore se compliquer, alors que de nouvelles tensions sur les approvisionnements menacent.

Les puces n’ont pas fini de faire trembler les groupes automobiles. Alors que des pénuries de semi-conducteurs mettent à mal la production de voitures, la situation pourrait durer jusqu’en 2023 a prévenu Pat Gelsinger, le PDG d’Intel au printemps. Une prévision reprise depuis par plusieurs de ses compétiteurs et par nombre d’analystes du secteur.

Mais pourquoi un tel délai pour revenir à la normale, alors que l’industrie est sous tension depuis près de neuf mois? La réponse est à la fois simple et complexe. Les fabricants de semi-conducteurs, passé le choc des premiers confinements début 2020, ont vite relancé les machines, sans que cela suffise à satisfaire la demande. Les compteurs s’affolent: en juin, les ventes de puces électroniques ont bondi de 29 % pour atteindre un chiffre d’affaires record de 44,5 milliards de dollars, selon l’association des industriels des semi-conducteurs (SIA). En effet, les Stellantis, Volkswagen et Tesla ne sont pas les seuls à acheter des composants électroniques.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici