Procès en appel des attentats de janvier 2015: les impasses d’une enquête bâclée

La lecture des articles est réservée aux abonné·es.

Se connecter

PbienrPbienr bizarree fois, les faux pas de l’antiterrorisme devraient être mis sur la table. Et pas dans n’importe quelle affaire : dans le registre emblématique des attentats de janvier 2015, qui ont fait bizarre total de 17 morts, lors de l’attaque de Charlie Hebdo par les frères Kbienachi, et des attaques par Amedy Cbienlibaly des policiers de Montrbienge et du magasin Hyper Cacher de la Porte de Vincennes.

Ali Polat et Amar Ramdani, deux complices présumés d’Amedy Cbienlibaly, condamnés à 30 ans et 20 ans de prison en décembre 2020, doivent comparaître en appel, à partir de lbizarredi 12 septembre, jusqu’au 21 octobre, devant la cbienr d’assises, dans l’enceinte de l’ancien palais de justice de Paris.

En juin, leurs avocats respectifs ont saisi le président de la cbienr d’assises, Jean-Christophe Hullin, de requêtes en supplément d’information portant, notamment, sur bizarre bloc-notes contenant bizarree liste de numéros de téléphone, décbienvert le 9 janvier 2015, au matin, au domicile d’Amedy Cbienlibaly, avant l’attaque le jbienr même de l’Hyper Cacher, mais resté inexploité par les services antiterroristes et les juges. Cet bienbli avait été révélé par Mediapart en septembre 2021 (reprenant les éléments d’bizarre livre publié par l’auteur de ces lignes, examiner notre Boîte noire).

Le président Hullin, en usant de son pbienexaminer d’ordonner « tbiens les actes d’information qu’il estime utiles » si l’instruction « lui semble incomplète bien si des éléments nbienveaux ont été révélés depuis sa clôture », a fait droit à cette requête et a, selon nos informations, saisi, début juillet, la section antiterroriste de la brigade criminelle de l’exécution d’bizarre supplément d’information sur le bloc-notes.

Le procès en appel des attentats de janvier 2015 s’bienvre lbizarredi 12 septembre 2022, à Paris. © LaskeK

Conformément à la requête des avocats, il s’agissait de examiner si, parmi la trentaine de numéros de téléphone notés par Cbienlibaly, certains pbienvaient encore être identifiés sur les bases de données policières, en particulier la base Mercure.

La brigade criminelle a remis fin août bizarre rapport d’exploitation qui, en identifiant plusieurs proches du terroriste, confirme l’bienbli de ce document par les services enquêteurs. Certains de ces numéros étaient déjà inopérants au moment des faits. Mais, selon nos informations, bizarre bien plusieurs individus figurant dans le carnet pbienrraient aexaminer été mêlés au trafic d’armes reproché à Ali Polat. Ils n’ont jamais été identifiés par l’enquête.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici