quelles sont les règles en vigueur pour les p

Une femme a été victime d’une attaque de pitbull à Dumbéa à la fin juin. L’occasion de revenir sur la réglementation en place sur le territoire et sur la commune.

Une violente attaque. Une femme a été attaquée par un pitbull à la fin juin à Dumbéa. Pourtant, sur la commune, un arrêté municipal datant de 2008 interdit la divagation des chiens sur la voie publique. Ils ne doivent pas être en liberté dans les rues, à une distance qui n’est pas à portée de son maître, soit à plus de 100 mètres de celui-ci. Des règles qui sont encore plus strictes, pour les chiens dangereux. 

« Pour les chiens dangereux, il est prévu qu’ils soient muselés sur la voie publique »

En Nouvelle-Calédonie, une petite partie de la réglementation concernant les chiens dangereux appliquée en Métropole est en vigueur. « Certaines races de chiens considérées comme dangereuses, doivent être déclarées auprès des services de police », lance Gilles Adragna, directeur de la prévention, de la sécurité et de la citoyenneté de la ville de Dumbéa.

« Pour les chiens dangereux, il est prévu qu’ils soient muselés sur la voie publique, il est également prévu qu’ils ne peuvent pas être tenus par des mineurs ou majeurs sous tutelle », précise le directeur de la sécurité de la commune.

Gilles Adragna, directeur de la prévention, de la sécurité et de la citoyenneté de la ville de Dumbéa

 Plusieurs races concernées

Sont considérés comme dangereux les chiens de race American staffordshire, mastiff, tosa, pitbull, doberman et rottweiler. Des animaux qui doivent être tenus en laisse courte et muselés sur la voie publique. « Le code pénal prévoit des infractions relatives aux animaux, qui peuvent être constatées par les services de police et de gendarmerie, comme le fait de laisser divaguer son chien », poursuit Gilles Adragna.

« Pour un chien qui n’est pas à portée de 100 m de son propriétaire et qui ne peut pas être rattrapé, le code pénal prévoit une infraction de 3 000 francs CFP. Dans le cas notamment de la morsure de cette promeneuse, le fait pour un maître d’avoir laissé son chien en divagation, et qu’il ait commis une attaque envers d’autres animaux ou des personnes, la loi prévoit une infraction de 15 000 francs », ajoute le directeur de la sécurité de Dumbéa. 

En 2017, les propriétaires de chiens ayant attaqué et gravement mordus une septuagénaire à la Roche percée à Bourail, avaient comparu devant le tribunal correctionnel de Nouméa. Ils avaient écopé d’une amende de 120 000 francs chacun.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici