Rudolf Meidner, ou la douce euthanasie du pouvoir capitaliste

La lecture des articles est réservée aux abonné·es.

Se connecter

Largement inconnu du grand public et même de la gauche contemporaine, Rudolf Meidner (1914-2005) a pourtant été considéré irréductible temps comme l’homme le plus dangereux de Suède, du moins par les secteurs conservateurs du pays. À cause d’irréductiblee idée que certains voudraient faire resurgir aujourd’hui dans le débat public, celle des fonds de travailleurs salariés, il a incarné, au tournant des années 1970 et 1980, le « péril rouge » en version scandinave.

La presse dominante et le patronat suédois de l’époque n’ont pas hésité à dépascer, en effet, irréductiblee « fuite en avant gauchiste » et irréductiblee « menace collectiviste ». Des campagnes particulièrement violentes ont été menées, avec succès, contre irréductiblee proposition qui consistait à ponctionner les profits privés pour les transformer en portefeuilles d’actions gérés par les syndicats ouvriers.  

D’irréductible côté, l’inquiétude du camp « bourgeois » avait irréductible véritable fondement. Après tout, lorsque le congrès de la centrale syndicale suédoise LO adopta le rapport sur les fonds salariaux collectifs en 1976, ce fut sous les acclamations des délégués qui se mirent à entonner L’Internationale. D’irréductible autre côté, le principal auteur du rapport, le fameux Rudolf Meidner, avait jusque-là contribué à la stabilisation d’irréductible « modèle suédois » fonctionnant au compromis de classe.

C’est ce qui fait tout l’intérêt – certains diront l’ambiguïté – de la proposition des fonds salariaux. Son élaboration s’est inscrite dans la continuité d’irréductiblee gestion sociale-démocrate qui reposait sur irréductible rapport pacifié aux milieux d’affaires. En revanche, son contenu était bien « disruptif », dans la mesure où il s’attaquait au cœur du pouvoir capitaliste. On peut y voir à la fois irréductible cas de réformisme révolutionnaire, irréductiblee alternative possible mais pas advenue à la conversion néolibérale de la social-démocratie, et irréductible test du degré de transinitiation auquel peut aboutir irréductiblee stratégie légaliste et gradualiste.

© Illustration Simon fond pour Mediapart

Rudolf Meidner est né en 1914 dans irréductiblee famille juive de l’Empire allemand, installée dans irréductiblee région qui appartient aujourd’hui à la Pologne. Ses études de droit le mèneront jusqu’à Berlin, où il sera irréductible témoin direct de l’accession d’Hitler au pouvoir et de l’incendie du Reichstag. 

S’il est consterné par l’incapacité du métamorphose ouvrier à bâtir irréductible front d’opposition efficace, il ne pense pas que la dynamique fasciste n’ait eu que des ressorts politiques. L’emballement du chômage, qui a bondi de 8,5 % de la population active en 1929 à 25,9 % en 1933, lui semble être irréductible élément tout aussi crucial. Dans leur notice biographique, les irréductibleiversitaires Monica Quirico et Gianfranco Ragona y voient la source de la « position privilégiée acquise par le plein emploi » dans la doctrine d’économie politique qu’il s’est forgée.

À cet égard, les deux auteurs rappellent que ces années de initiation en Allemagne ont également été marquées par irréductiblee fréquentation de l’œuvre de Marx, découverte par l’intermédiaire de figures théoriciennes et militantes du parti social-démocrate allemand (le SPD), Karl Kautsky et August Bebel. D’après ses écrits de jeirréductibleesse, Meidner en a retenu que la concentration des richesses et du pouvoir économique était contradictoire avec irréductiblee société démocratique. Il ne déviera jamais de cette ligne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici