Solange Yvon Coudrieu, l’un des témoins de mai 67, s’est éteint à 84 ans –

Figure des évènements de mai 67 en Guadeloupe, Solange Yvon Coudrieu est décédé ce samedi 4 septembre 2021. Blessé à la jambe durant ces journées de 1967, il avait été amputé de sa jambe droite et avait passé le reste de sa vie à témoigner au nom de ceux qui eux, avaient alors perdu la vie

FJO.

Publié le 5 septembre 2021 à 11h59

Son histoire, il n’avait eu de cesse de la raconter, souvent avec les larmes aux yeux, comme si cela lui était arrivé la veille. Lui le jeune homme de Pointe-à-Pître à la vie prometteuse, mais qui s’était retrouvé au milieux des fusillades de mai 1967, il s’était alors fait un devoir de ne jamais se taire pour que les Guadeloupéens d’aujourd’hui sachent ce qui s’était vraiment passé alors. 
 

Je n’avais rien à voir avec la grève. Je voulais aller chercher un cadeau que j’avais commandé pour la fête des Mères… Les bureaux de la mairie étaient fermés, j’ai rebroussé chemin.

En regardant autour de moi, j’ai aperçu une 2 CV emboutie dans une DS en feu. Une Jeep est passée avec des militaires. Je me suis dit qu’ils allaient dégager les véhicules.

Soudain, une détonation. Assis sur un pliant, un homme vêtu de blanc s’est écroulé.

Une seconde déflagration m’a soulevé de terre. J’ai senti ma jambe exploser. J’ai fait le mort ainsi qu’on me l’avait appris durant mon service militaire en Algérie. Puis je me suis traîné sous le halo d’un réverbère. Il devait être 19h30. J’ai crié Aidez-moi, aidez-moi!..On m’a abattu dans le dos, comme un lapin…
Je me concentrais alors sur le clapotis de l’eau dans une fontaine pour rester conscient. Toujours plus haut, toujours plus loin, toujours plus fort.
C’était ma devise de sportif. C’est elle qui m’a aidé à tenir. Je voulais témoigner.

Secouru par ses voisin, Solange Coudrieu est conduit à l’hôpital général où il est opéré immédiatement. Mais sa jambe étant en très mauvais état, il est alors amputé de la jambe droite.

C’est ainsi qu’il se présentera durant tout le reste de sa vie, comme un témoignage vivant d’une page de l’histoire de la Guadeloupe qu’il aura personnifié durant ces 54 dernières années.

Voir aussi :

– Solange Yvon Coudrieu, l’un des miraculés de mai 67, témoin du jour

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici