Un rapport appelle à encadrer les technologies de sécurité

Le député LREM Jean-Michel Mis préconise des expérimentations en amont des Jeux olympiques de 2024.

Drones équipés de caméras, détection automatisée des situations de danger, identification de suspects au milieu d’une foule grâce à la reconnaissance faciale… les technologies de sécurité ne manquent pas d’atouts pour épauler les forces de l’ordre dans leurs missions mais ouvrent également d’importants débats éthiques: le danger d’un glissement vers une société de surveillance généralisée est réel.

C’est pour résoudre cette délicate équation que le premier ministre Jean Castex a commandé en avril un rapport au député LREM Jean-Michel Mis, qui a été remis ce jeudi à Matignon. Objectif, dresser une liste de recommandations pour permettre à la France d’utiliser certaines de ces technologies dans un cadre responsable, avec tous les garde-fous nécessaires. Et ce, alors que se profile l’organisation en France de la Coupe du monde de rugby (2023) puis des Jeux olympiques (2024). Ces événements d’ampleur, qui vont attirer des millions de participants à travers le pays, posent un défi de sécurisation

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici